Le commerce extérieur de la France n’est pas qu’un sous-ministère utilisé comme strapontin

1039259_valls-ii-matthias-fekl-reprend-le-commerce-exterieur-web-tete-0203749762198_660x352p

Crédits : Les Echos / AFP

Donc, Matthias Fekl remplace, au pied levé après 9 jours, l’ex nouveau ministre du commerce extérieur, Thomas Thévenoud, démissionné pour légèreté fiscale. 

Le commerce extérieur, ce n’est pas seulement ce sous-ministère croupion où l’on case généralement le « radical de service » et/ou un « junior » et/ou débutant en politique nationale (ex Lagarde, entrée  dans la cour des grand ministres par la petite porte de ce secrétariat d’état, où elle fut au demeurant un des rares titulaires du poste à ne pas se contenter de faire des discours à la « communauté d’affaire » en marge des pavillons Ubifrance, des visites de sites de CAC40 à l’occasion de missions de PME subventionnées par des pôles de compétitivité ou des chambres de commerce, et des rendez-vous incontournables du microcosme du soutien à l’export comme les jamborees de CCE ou le raout annuel de Classe Export à Planète PME), avec souvent des erreurs de casting consternantes (c’est quand même un peu technique, les sujets OMC, les négos transatlantiques et le big business global) même si les impétrants ne sont généralement pas des handicapés de la feuille d’impôt, et un enjeu de combat permanent entre Bercy et le Quai d’Orsay pour le contrôle des villas « du Conseiller Commercial » et de la tutelle des machins administratifs informant et soutenant les PME et/ou soutenant les offres françaises pour les fameux « grands contrats civils et militaires », c’est aussi un déficits abyssaux reflétant la dégradation continue de la production et de la puissance économique relative de la France, permettant à des services administratifs, think-tanks de tous bords, et (d)économistes plus ou moins officiels de pondre un papier mensuel, une synthèse semestrielle, un rapport annuel, et les éléments de langage y afférents sur les fluctuations des ventes d’Airbus (au demeurant religieusement comptabilisées par la France même si un avion made in Germany contenant des masses de composants de toutes origines n’a grosso modo fait que passer pour un test en vol autour de Toulouse), les variations plus ou moins saisonnières des importations de pétrole et gaz, enfin l’impact des effets de change, le mantra sur la force de l’Euro nuisible à la compétitivité des PME françaises risquant d’ailleurs d’être remplacé sous peu par une analyse circonstanciée des nuisances résultant de la baisse de l’Euro (sous les 1,30 contre dollar début septembre) pour un pays ne produisant plus grand chose, important beaucoup de ce qu’il consomme (biens de consommation courante made in Asia, énergie, intrants industriels pas « made in Germany », électronique, Boeing, tous services internationaux …) de la zone dollar, et dont les concurrents sont de fait principalement européens, au premier rang desquels l’Allemagne, et bénéficient également à l’export de la baisse de l’Euro.

Le chiffre de juillet, 5,5 milliards de déficit, et le « dossier de presse » rituellement e-publié le deuxième mardi de chaque mois par Bercy : http://lekiosque.finances.gouv.fr/APPCHIFFRE/Portail_default.asp

La commentaire du Quai d’Orsay sera disponible dés que les experts de la diplomatie économique et commerciale et touristique auront lu et copié-collé le dossier de presse de Bercy, mais le topo du ministère sur sa diplomatie économique en Ethiopie est un écran d’attente sympathique : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/politique-etrangere-de-la-france/diplomatie-economique-et-commerce/ 

Les fondamentaux : http://frenchonomics.wordpress.com/2014/09/05/fekl-remplace-thevenoud-au-commerce-exterieur/

Avant, l’AFP mettait un stagiaire sur le coup pour copier-coller le dossier de presse du ministère et/ou reprendre les éléments de langage (ternes et consternants, forcément ternes et consternants) du ministre, les journaux économiques se fendaient d’un article en essayant de changer d’adjectif qualificatif à chaque fois pour le titre (abyssal était très couru, bérézinesque toujours envisagé, mais jamais osé), et quelques blogueurs se battaient pour être le premier à sortir un commentaire pas trop routino-moutonnier sur le déficit, mais c’était avant.

Renaud Favier – 9 septembre 2014

 

Publié dans Attractivité, Commerce Extérieur, Compétitivité, Entreprise | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

Ne nous fâchons pas … avec l’Allemagne

Ne nous fâchons pas

Il serait incongru d’opposer les « modèles » socialo-libéral de la France de François Hollande (exemplaire, forcément exemplaire, même si ça ne marche jamais et si Paris perd toutes les guerres, même économique) et libéro-démocrate de l’Allemagne (imparfaite, forcément imparfaite, même si Berlin gagne généralement (générale allemand ?), pas juste au football) d’Angela Merkel.

nenousfachonspas

Ce serait comme comparer Jean Lefebvre et Lino Ventura dans « Ne nous fâchons pas », alors que chacun a sa personnalités, ses qualités, ses talents (et que déjà pas mal d’Allemands sont tentés de débarrasser l’Euro-Mark des boulets ClubMed en général et de la France de l’Euro-CFA en particulier), complémentaire, appréciés des amateurs de cinéma comique du monde entier …

Ne nous fâchons pas

En même temps, ça se discute …

Renaud Favier – 1er septembre 2014

Publié dans Attractivité, Commerce Extérieur, Compétitivité, Entreprise | Laisser un commentaire

Lectures d’été sur la compétitivité pendant les « grandes vacances »

Livre été

Certain(e)s n’ont jamais ouvert le papier de début 2014 du Trésor, dans lequel la génération de fonctionnaires de Bercy chargée d’actualiser le « marronnier » annuel sur la compétitivité « découvre » qu’il y a plus de concurrence sur les prix pour les produits banalisés (dont la production est délocalisée) genre fromage râpé ou automobiles que pour le luxe ou le high-tech … Quelques statistiques à jour justifient un  coup d’oeil à ce « papier » téléchargeable http://www.tresor.economie.gouv.fr/File/395568

LECTURE d'été

D’autres n’ont pas encore pris le temps de lire l’intro et la conclusion, sinon le remplissage, du dernier recueil de recommandations de l’OCDE pour le redressement de la compétitivité du pays … Tout est consultable et téléchargeable gratuitement sur http://www.oecd.org/fr/france/2014-07-Rapport-OCDE-sur-la-competitivite-en-France.pdf

livres-vacances

Sinon, « France Stratégie » (c’est comme ça qu’on appelle le Commissariat au Plan, maintenant, pour tenter de berner les agences de notation) a changé d’éléments de langage pour dire la même chose (en bref, impossible à un secteur exposé à la concurrence internationale de prospérer dans un pays où il est plus facile et rentable de vendre des biens et services plus ou moins indispensables au secteur public que d’inventer et produire pour le marché), et les curieux trouveront tout ce qu’ils n’avaient jamais osé imaginer demander sur le « taux de change interne » sur le site officiel (nouveau, forcément nouveau) http://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/note-fs-deficitechange.pdf

LECTURE HAMAC

Sinon, il y a moins fantaisiste, plus « pour adulte », avec le dossier Deloitte de juillet http://www.usinenouvelle.com/article/quelques-recettes-pour-une-bonne-competitivite-industrielle.N275489

Livre PlageEt puis le « classique » http://www.youscribe.com/catalogue/livres/ressources-professionnelles/competitivite-2012-v4-du-4-novembre-2012-1822197

Competitivite Logo

Renaud Favier – 2 août 2014

 

Publié dans Attractivité, Commerce Extérieur, Compétitivité, Entreprise | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Il fau(drai)t (pouvoir ? vouloir ?) sauver le soldat French-Tech

Sorry French Tech

Les 15 millions d’Euros (sic) prévus pour la promotion des startups made in France sur les foires et salons à l’étranger seraient menacés, d’après les observateurs attentifs des coupes budgétaires estivales, de l’agenda de la succesrice de Fleur Pellerin en charge du Plan Calcul 2.0 à Bercy, et du plan de com’ de Fleur Pellerin qui a émigré chez Fabius, au Quai d’Orsay. Cf La Tribune 24/07/2014 : http://www.latribune.fr/technos-medias/20140724trib000841504/-il-faut-de-l-argent-pour-sauver-la-french-tech-.html

french-tech-elysee

François Hollande (le petit monsieur au milieu qui ne sait pas où mettre ses mains) a reçu à l’Elysée le 11 juin 2014 des investisseurs américains, des ministres français, et des représentants de la « French Tech » en exil (ou pas) – (Reuters)

Cela a t’il la moindre importance, à part pour les « Bygmalion » de gauche qui comptaient toiletter quelques logos et recycler des éléments de langage mis en sommeil avec la cryogénisation du projet de campagne d’agit-prop sur la « Marque France » et autres lubies technocratiques de Bercy 2 (Bercy 1, les finances, le budget et les banques, sont sous le pilotage du revenant Michel Sapin ; Bercy 2 a la responsabilité (sic) de ce qu’il reste de l’économie française) sous le haut patronage de sa majestitude Fool Monty ?

french-tech1

Probablement aucune, même pour les quelques centaines de prédateurs d’argent public qui comptaient sur un bonus en complément à leur crédit d’impôts, en accompagnement à leur financement BPI, et à leurs aides territoriales et européennes, entre autres drogues pour entrepreneurs assistés de l’économie mixte 2.0, pour boucler leur business-plan.

67298

Avant, sans remonter jusqu’au temps de la douceur des lampes à huile, des Eiffel et des Lesseps, ni même à celui du fracas du Concorde ou du TGV, des Lagardère (Jean-Luc, pas le jet-setter) et des Montagnier, la France était un pays qui prétendait, voire espérait encore compter un peu dans le monde du High-Tech et de l’économie digitale.

JACQUES CHIRAC

Mais c’était avant. Maintenant, ça a changé.

image_nmdzone12

Maintenant, l’enjeu n’est plus de jeter un logo national (et treize à la douzaine sous-logos territoriaux, fatalement) sur la table de l’économie casino mondiale, en espérant que le coq rouge, ou une déclinaison en zodiaque régional, séduira un ou deux amateurs de tourisme en Europe ayant les moyens de louer un bureau dans un incubateur et la patience de faire le tour des fonctionnaires et élus régionaux en charge de l’arrosage des bonsaïs …

French-Tech

« C’est mort », comme on dit à Bercy, maintenant que les stagiaires y parlent le « djeun » …

Axelle-Lemaire-rumeur-OS-francais-depannage-informatique-paris-domicile

 

Une des fautes originelles des parrains et jeunes turcs du « French Tech » de maintenant a été de vouloir à tout prix faire « nationaliser » les pertes du IledeFranceHub de San Francisco sous la pression de Madame Bricq (dont le conjoint était un ponte de la région IDF, ça crée de la pression morale …, dont le dircab était un apparatchik de la région IDF, ça crée du « levier » administratif …) sous les yeux de toute la presse économique et des dignitaires du Medef. Même Hollande en double décalage horaire ne pouvait pas ne pas se rendre compte que la moitié des PME « françaises » qu’il promenait en Airbus présidentiel Air François One en Amérique avaient une espérance de vie de moins d’un an avec ou sans maternage public de luxe, et qu’il était urgent de vérifier un peu l’état des vessies numériques qu’on lui vendait pour des lanternes magiques …

0212-FRENCH-TECH-HUB-HOLLANDE-FRANCE-SAN-FRANCISCO_full_600

Le corbillard est en route.

axelle-lemaire-en-voiture-avec-arnaud-montebourg_859970_667x333

On ne refera pas l’Histoire de France, le TGV du High-Tech numérique est déjà loin des vieilles gar(d)es de la déconomie à la française … avec ou sans retouches numériques, rabotages des quais et tunnels, ou (contre) réforme de la SNCF.

Renaud Favier – 25 juillet 2014

Competitivite Logo

Publié dans Attractivité, Commerce Extérieur, Compétitivité, Entreprise | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Un commentaire

Les « Journées du Réseau 2014″ de la diplomatie « globale » de la #France … #Compétitivité

 

Quai d'Orsay Journees du Reseau 2014

Les « Journées du Réseau » du Ministère des Affaires Etrang(èr)es, auparavant centrées sur la coopération culturelle, ont été élargies en 2014 à la diplomatie économique (pour rappel, le Commerce Extérieur a été rattaché au Quai d’Orsay lors du dernier remaniement ministériel, après des décennies de lobbying stérile et au moment où le déficit commercial est devenu un trou noir disent les uns, surtout pour éviter que Montebourg ne sabote le truc, quitte à ramener le toutime à Bercy au prochain remaniement pensent très fort les autres, et Fleur Pellerin, venant de Bercy où elle s’occupait du numérique, en a été chargée avec rang de  secrétaire d’état après de Laurent Fabius, prenant la suite de la folklorique Nicole Bricq cf http://renaudfavier.com/2014/04/03/personne-ne-veut-etre-sur-la-photo-de-passation-de-pouvoir-de-nicole-bricq-au-commerce-exterieur/ dans un petit pas de côté pour les équilibres du commerce mondial, mais un grand bond institutionnel pour l’administration française et l’écosystème privé, parapublic et public décentralisé qui gravite autour cf http://madeinfrance2012.wordpress.com/2014/04/04/donc-le-commerce-exterieur-quitte-son-paquebot-dattache-historique-de-bercy-pour-sancrer-au-quai-dorsay/), en juillet 2014.

Force est de reconnaître au Quai un certain dynamisme, voire un dynamisme certain, sur son nouveau domaine d’action de guerre économique, de fait bien plus excitant qu’une diplomatie de puissance moyenne, une coopération culturelle de pays au rayonnement déclinant, le tout sous chapeau européen, et les formalités consulaires classiques genre invitations au cocktail du 14 juillet et rapatriement des corps de concitoyens décédés à l’étranger cf http://madeinfrance2012.wordpress.com/2014/04/05/instructions-du-ministre-aux-fonctionnaires-francais-du-commerce-exterieur-business-as-usual/.

Laurent Fabius « ouvre » les « Journées du Réseau »  http://www.youtube.com/watch?v=NmRoPOurcMc (Agenda du 15 au 18 juillet : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/pdf/JDR2014_ProgrammeSimplifie_Complet-OK_cle091f9e.pdf)

Discours de Laurent Fabius aux « acteurs économiques » (DG Trésor de Bercy, Ubifrance, AFII …) 16 Juillet http://www.youtube.com/watch?v=IVeDqr0MypQ (version texte : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/politique-etrangere-de-la-france/diplomatie-culturelle-21822/les-saisons-culturelles-actualites/les-actualites-2014-de-la/article/journees-du-reseau-services)

Fleur Pellerin aux mêmes http://www.youtube.com/watch?v=dE2IzmtrNPM

Rien de passionnant, moins encore de très nouveau, mais ça occupe un coin d’écran s’il y a du wifi dans le TGV des vacances pour les uns, avec un café au bureau pendant la permanence de juillet-août pour autres.

Sinon, pour les fans,  le film « Quai d’Orsay » inspiré de la très réussie BD éponyme, passe sur les vols internationaux d’Air France ramenant les expatriés du privé et diplomates français en vacances d’été en France, et on en trouve la bande-annonce et de bons extraits sur Youtube (et probablement Dailymotion, plus « made in France ») http://www.youtube.com/watch?v=CmJl6bee60Y

Renaud Favier – 17 juillet 2014

Publié dans Attractivité, Commerce Extérieur, Compétitivité, Entreprise | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Le Premier Ministre de maintenant parle de bataille de compétitivité et d’attractivité pour l’emploi

Manuel Valls 28 avril 2014

« Blabla mobilisation … compétitivité, attractivité … patriotisme économique, patriotisme industriel … la France est un grand pays qui doit investir dans l’innovation … se donner les moyens pour consolider notre économie, ce qui n’a pas été fait depuis des année … le travail est une valeur … PME, PMI, Statups … confiance … pays trop fracturé, trop divisé, rassembler les acteurs économiques et sociaux … ne pas opposer les uns aux autres … il ne faut plus que l’accès aux financements relève du parcours du combattant … la BPI … l’administration doit être un moteur, et pas un frein … nouvelles compétences de régions plus fortes et d’intercommunalités plus solides … aller beaucoup plus vite et beaucoup plus fort … le pays a besoin de se redresser dans la justice … feuille de route et engagement de tous pour l’emploi dans les territoires et la croissance du pays … faire confiance aux partenaires sociaux … avec l’engagement de l’état et de ses représentants … ensemble, pour redresser notre pays. », touça-toussa blabla pendant 40 minutes face aux préfets et autres acteurs territoriaux de l’état, à la maison de la Chimie à Paris, pour « faire vivre le pacte de responsabilité aux niveaux locaux » …

Tout est dans le papier du Monde écrit d’avance, au titre un peu dramatique, mais clair et complet http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/04/28/manuel-valls-abat-ses-dernieres-cartes-face-a-sa-majorite_4408335_823448.html

L’intervention de clôture du Président de la République http://www.elysee.fr

Bon, zéro surprise, inutile de prévoir un créneau pour les autres articles de compte-rendu, plutôt jeter un oeil au topo, prévisible et convenu aussi, mais avec des cartes et images en couleurs, de Challenges sur les compétences (et incompétences) régionales en matière d’exportation http://www.challenges.fr/economie/20140425.CHA3141/decouvrez-la-carte-des-regions-francaises-qui-exportent-le-plus.html

7254399

Crédits : challenges.fr 26/04/2014 – Corine Poulard

Petit lundi pour la déconomie à la française, pas de nouvelle annonce de rachat de fleuron de l’économie nationale ou d’exil de siège social, pas de faillite spectaculaire d’entreprise de taille intermédiaire ou de massacre social dans le tissu de PME-PMI, pas d’indicateur économique fukushimesque, même pas d’annonce d’un nouveau petit pacte pour la compétitivité de ceci, attractivité de ceux-là, ou l’avenir de whatever doesn’t work …

Renaud Favier – 28 avril 2014

Publié dans Attractivité, Commerce Extérieur, Compétitivité, Entreprise | Marqué avec , , , , , , , , , , | Un commentaire

Avant, on nous gavait avec le « modèle finlandais », leur Nokia si exemplairement évolutif … Mais c’était avant, non ?

nokia

Donc, alors qu’Alcatel, certes pas beaucoup plus en forme qu’Alstom (tiens, les vieux de la vieille qui ont fait une école de commerce dans les années 80 se souviendront peut-être qu’Alcatel et Alstom étaient réunis en une seule boite, du temps d’Ambroise … Roux, pas le château), parvenu à acheter (à crédit, certes) Lucent et ses Bell-Labs en son temps, survit vaille que vaille dans le malstrom de rachats de belles grosse boites françaises par des intérêts étrangers pulvérisant le village Potemkine du redressement industriel à la Montebourg, voilà que Microsoft ne fait qu’une bouchée des mythiques téléphones Nokia, en mode « chute libre du mur » pour avoir raté le virage du smarphone.

25.04-930x400-Nokia-Cityman-900_scalewidth_460

Qui a (trop bien) vécu du téléphone portable, périra par le smartphone, Nokia or not Nokia.

1328558566333

La « bonne » nouvelle un peu rassurante d’un point de vue parisien, c’est qu’il n’y a pas qu’en France, que c’est la saison des soldes des bijoux de famille et des vide-greniers.

1214382499

La mauvaise, c’est que si même le « modèle finlandais » n’est plus d’actualité (pour la téléphonie, parce que côté PISA et gestion publique, Helsinki tient encore la route), d’une part les écoles de commerce vont devoir demander des subventions à leur mécènes et tutelles pour acheter de nouveaux cas pédagogiques de micro-économie à Harvard ou à une Université de Shanghai ou Séoul, d’autre part les Piketty, Berger & Co. vont en profiter pour encore nous tsunamiser de leurs pensées suprêmement macro-déconomiques sur les Trente Glorieuses devant nous si on regarde les yeux fermés les exemplaires économies finlandaise, islandaise ou autres modèles de changement permanent, de leurs éléments de langage sur la résilience des bonsaï numériques français sous perfusion de l’état en faillite et de régions en voie de disparition financière et administrative, et de leurs mantras sur l’indice du bonheur brut dans des bouts du monde sans électricité, ni eau courante, mais avec le téléphone portable, genre Corrèze ou Zambèze.

apple_nokia_samsung-610x413

RIP, Nokia, il faut dire que déjà le 9000 « communicator » (mon premier téléphone avec internet, et le dernier avec un clavier potable aussi bien pour téléphoner que pour écrire, une « madeleine », au placard depuis des siècles à cause de l’invasion des Blackberry, dont l’inventeur est d’ailleurs aussi semi-comateux, maintenant, sic transit gloria …) avait une gueule de cercueil.

102718929.01.02.lg

Renaud Favier – 27 avril 2014

Complément : la nécro du Figaro, avec des photos http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2014/04/25/01007-20140425ARTFIG00135-ces-telephones-emblematiques-qui-ont-marque-l-histoire-de-nokia.php#xtor=AL-155

Complément 2 : la séquence nostalgie d’Europe 1 avec Gorbachev http://www.europe1.fr/High-Tech/EN-IMAGES-Un-telephone-Nokia-ca-ressemblait-a-ca-2103215/

Complément 3 : la séquence émotion, de Nokia « avant » http://www.youtube.com/watch?v=Xlg5C6CkObw

* * *

lumia800 Nokia coffee

Publié dans Attractivité, Compétitivité, Entreprise | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Instructions du Ministre aux fonctionnaires français du Commerce Extérieur : business as usual

Instructions Confidentiel Crédits : Pessin

Les instructions sont les suivantes : http://www.youscribe.com/catalogue/tous/actualite-et-debat-de-societe/politique/instructions-du-ministre-du-commerce-et-de-l-industrie-aux-2425895

Ce n’est pas nouveau : http://www.lemoci.com/011-69697-Dossier-Diplomatie-economique-les-coulisses-du-match-Bercy-Quai-d-Orsay.html

C’est franco-franchouillard : http://surlepouceparis.wordpress.com/2014/04/03/on-dit-que-fabius-pourrait-enfin-reussir-a-embarquer-le-commerce-exterieur-au-quai-dorsay/

C’est sans importance : http://madeinfrance2012.wordpress.com/2014/04/03/on-cherche-des-secretaires-detat-a-paris-offredemploi-cv/

Et cela n’a aucune conséquence, sauf sur la station de métro pour les rendez-vous avec la DRH : http://madeinfrance2012.wordpress.com/2014/04/04/donc-le-commerce-exterieur-quitte-son-paquebot-dattache-historique-de-bercy-pour-sancrer-au-quai-dorsay/

Mais c’est aussi strictement confidentiel que les parts de marchés françaises le sont devenues, aussi férocement secret-défense que les dossiers conservés sur les étagères des « hommes de base » de Bercy (dans les coffres des huiles, on ne met que des trucs sans importance, voire de l’intox, parce que les gens qui viennent avec des commissions rogatoires n’aiment pas repartir les mains vides après leur café, mais ne lisent pas sur place ce qu’ils trouvent et mettent 6 mois à obtenir une nouvelle commission rogatoire, ce qui laisse le temps de re-remplir le coffre de trucs ballots et de nouveaux articles de journaux), et aussi hautement stratégique que les notes de Bercy et du Quai d’Orsay  traduites des rapports du FMI et de l’IFI sur l’économie internationale pour Matignon (les vraies notes sont transmise directement aux conseillers diplo et éco à l’Elysée, qui ne lisent de toute façon que celles qu’ils écrivent eux-mêmes après avoir téléphoné à leurs camarades de promo qui pantouflent dans la haute banque à Londres ou Genève et déjeuné avec l’un des usual suspects parisiens de la pensée pré-mâchée pour ministres au prix d’une petite Porsche le feuillet, le courrier des lecteurs de Libé, l’horoscope des Inrocks, le bulletin météo de la gazette de Deauville, et les télégrammes diplomatiques de moins de 10 lignes envoyés par les quelques ambassadeurs qui n’ont pas le sens de l’humour trop corrézien).

Les Barbouzes Humour Bernard Blier

Les ordres sont les suivants : cliquez sur l’image …  – Crédits : Michel Audiard

Frenchonomics

strategie France Bercy Elysee Matignon Quai d'Orsay

Renaud Favier – 5 avril 2014

PS : « Pas de problème … » http://www.youtube.com/watch?v=QHtHs7cLV1E

PS 2 : « Votre nouvelle mission … » http://www.youtube.com/watch?v=klBLJlrqJVg

PS 3 : « But he’s French … » http://www.youtube.com/watch?v=YTz5wT34tLI

Publié dans Attractivité, Commerce Extérieur, Compétitivité, Entreprise | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Donc, le commerce extérieur quitte son paquebot d’attache historique de Bercy pour s’ancrer au Quai d’Orsay

Quai Branly Paris France

Les (plus) vieux de la vieille DREE, genre les deux anciens hauts fonctionnaires qui ont rédigé le dernier rapport pour Nicole Bricq avec l’ancien de Bercy devenu Fermier Général en banlieue, et quelques mains invisibles mais pensant « bien », vont grincer des dents et ressortir leur version originale du rapport « DREE 2000″ avec autographe de Saint Beregovoy, pour twitter en n’en pensant pas plus que « le commerce extérieur coule sinistrement depuis qu’on l’a déménagé du Quai Branly, en accélérant et en klaxonnant depuis que Bercy a vendu le palais de maharadjah de fonctions du conseiller commercial à Sydney » … la caravane passe, les exportateurs trépassent.

quai_branly_concorde Paris France

Les (un peu) moins vieux de la vieille garde, ceux qui étaient aux affaires du temps de DSK à Bercy, mais n’ont pas connu personnellement le télex COMATTA et les télégrammes diplomatiques chiffrés d’avant l’ordinateur (ceux qui n’arrivaient pas à la NSA et dans les grosses boites avant distribution à Paris, mais quelques heures après), vont s’indigner qu’ils avaient bien dit à tous les conseillers de tous les ministres que ça sentait le roussi depuis la fin des rounds de Doha tous les étés et des Berluti à volonté, et que le café avait un goût de cendres depuis l’indépendance d’Ubifrance (installé aux Catacombes, ça ne s’invente pas, mais c’est moins rigolo qu’Oséo à l’Ecole Vétérinaire …), qu’à force de mettre des « autodidactes » (formule locale pour indiquer que quelqu’un n’a pas fait, ou alors en concours interne, l’Ena, ou n’en est pas sorti dans un ministère « noble« ) à la tête du ministère et de titulariser des contractuels en charge du dialogue social avec les « Ramirez de l’Export » (formule locale pour indiquer que l’interlocuteur chef d’entreprise ou cadre assez supérieur pour être reçu n’est pas un haut fonctionnaire détaché ou défroqué dans le CAC40) ça devait arriver … la caravane passe, les parts de marchés y passent.

exposition-avec-geo-au-musee-du-quai-branly Paris France

La génération « chasse en meute » et « équipe de France de l’Export », celle qui a connu le fameux e-mail « à tous » sur les « baisocrates alcooliques » et dont le neurone est encore en état de reconnaître que les jeux institutionnels étaient faits dés lors qu’il avait été décidé à l’Elysée (avant le « couac » du Quai sur les frégates russes, certes) que les négociations transatlantiques devaient être menées par des diplomates pilotés par un ancien premier ministre plutôt que par des comptables sous le contrôle du leader maxi-mots du Gosplan pour avoir une (petite) chance ne pas terminer en Berezina tendance Fukushima, se demande si le transfert au Quai d’Orsay va élargir l’éventail de ses options d’expatriation au service de la nouvelle diplomatie économique, où la condamner aux placards parisiens et voies de garages en province … la caravane casse, les concurrents motorisés dépassent

quai-branly Paris France

Les diplomates du Quai sont un peu comme des coq gaulois tombés sur une boite d’allumettes, mais les lobbyistes de l’écosystème de l’exportocosme ne mettront pas longtemps à les inonder de copier-coller de vieux rapports congelés et recommandations en boite (pour les dossiers secret-défense pas distribués en CIEEMG, le Quai peut probablement observer l’ombre de la Tour Eiffel sur le Pont Bir-Hakeim et écouter la Seine couler encore quelques siècles, avant d’en entrevoir la couverture).

quai-branly Paris France

En réalité « vu de Sirius, XXIè siècle« , les avantages et inconvénients institutionnels se discutent, le réseau des « postes » à l’étranger n’a plus guère d’importance pour Bercy au temps d’internet et de l’avion pas cher pour partout (le goulot d’étranglement, c’est plus le délai d’obtention d’un passeport dans certaines mairies, et du visa pour certains pays), ni pour les entrepreneurs pas trop manchots et assistés qui ont les même concurrents, donneurs d’ordres et clients à l’étranger qu’en France, et plus tellement de substance après la dissociation des services entre Ubi et les SE (ce qui en reste est au Trésor ce que les DRCE étaient à la DREE, mi-Club-Med, mi-pension de famille).

le-musee-du-quai-branly Paris France

Les plus fins connaisseurs du dossier (ceux qui ont lu, voire tenu entre leurs mains une copie jaunie de la Table de la Loi du Conseiller Commercial de 1920, et n’ont jamais oublié la fière devise des hussards de la compétitivité du temps où on avait moins honte d’avouer qu’on travaillait au service de la France : « Un seul devoir, vendre ! Une seule maîtresse, la République ! ») se diront que c’est quand même ballot de ne pas avoir fait ça quand Juppé était au Quai, qu’il restait quelques exportateurs potentiels en France (la politique de la PME infantilisée couchée par des notables et des startup bonsaïs arrosées de subventions, quel désastre …), que la politique économique était un peu moins ubuesque et que le pouvoir politique national avait une dynamique réformiste, mais madame Idrac était inspectrice des finances, tenue fermement par les invisibles mais néanmoins pesantes mains des fonctionnaires gardiens du Trésor, et l’Aérospatiale de l’International n’a pas décollé, laissant le champs libre aux flottilles des villes de foires et aux ancres flottantes des ports marchands, réduisant à néant toute perspective d’un Airbus de l’Export au service des entrepreneurs voyageurs au long cours (dont les plus optimistes espèrent qu’il pourrait naitre de la fusion des diplomaties allemandes et françaises) …

Musée_Edouard_Branly_plaque France Paris

Le 1er avril 2014, il s’agissait surtout de ménager le bélier Montebourg (Bricq, c’était la chèvre d’avant) et le chouchou Fabius, en évitant de laisser les négos transatlantiques à Full Monty … à quoi tiennent les grandes réformes du commerce extérieur de ce qui est encore la 5 ou 6ème puissance économique mondiale, dont la croissance viable et l’emploi durable dépendent exclusivement du redémarrage de son 3ème moteur, ni la consommation à crédit de made in China ou Germany, moins encore l’investissement d’acteurs économiques exilés, délocalisés et/ou politisés n’ayant guère de chance de créer les conditions de quelque performance économique que ce soit, moins encore du minimum syndical de compétitivité et d’attractivité …

Musée Branly Paris France Frenchonomics

Mais l’essentiel, pour les entrepreneurs, est ailleurs (en l’occurrence, pas seulement à l’étranger, mais aussi entre les mains des dirigeants, de leurs équipes, et de leur écosystème de fournisseurs, partenaires, prestataires de services et transports, financiers, distributeurs, clients …), et comme disait Julia Roberts dans Pretty Woman, quand le prince charmant milliardaire lui proposait de la libérer de Hollywood Boulevard où elle exerçait le plus vieux métier du monde en lui offrant un  appart’ et une boutique à tenir à New-York, où il résidait habituellement : « That’s geography ».

Paris France

A suivre …

Renaud Favier – 4 avril 2014

 

Publié dans Attractivité, Commerce Extérieur, Compétitivité, Entreprise | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 commentaires

On cherche des secrétaires … d’état à Paris ? #Offred’Emploi #CV

Business Surf Renaud Favier Compétitivité

Bon, si on cherche un « Secrétaire d’état au redressement du commerce extérieur aussi et aussi de l’attractivitude de marché et surtout de la compétitivitude sociale des PME polios et Startups Bonsaï » de plus pour Bercy parce que Matignon ne fait pas confiance aux conseillers de Fabius et que l’Elysée sait d’expérience que la diplomatie, économique ou pas, ne marche pas si on n’a plus les moyens d’offrir le champagne aux cocktails et qu’on en est à sous-traiter et faire sponsoriser le 14 juillet dans les ambassades tellement les budgets sont étriqués (d’où l’idée de récupérer le commerce extérieur, ses queues de budgets de Bercy et les carnets d’adresses de boites françaises pouvant payer des dîners en échange de légions d’honneur pour leurs commerciaux), pour faire la parité avec Fleur (ou Axelle, voire Karine s’il faut arbitrer ou si elle est la seule volontaire comme pour la rédaction des éléments de langage d’Harlem Désir sur l’économie) au Quai d’Orsay qui s’occupera de visiter les guichets uniques et les bureaux de la BPI en province, moi je suis volontaire.

funny-swimming-with-sharks-cage Business Compétititivité Frenchonomics

Même si c’est Montebourg le boss du binz, et même si Sapin monte une équipe miroir pour lui tirer dans les pattes et contrôler ce que fait Fabius, et même si Ubifrance a été filialisé à la BPI elle-même balkanisée entre les régions.

Business France Compétitivité

Et même si tout le monde sait qu’on ne peut plus rien produire en France (ni y sous-traiter, tous les sous-traitants compétents ont fait faillite, délocalisé ou vendu aux étrangers) qui soit vendable à d’autres clients que les acheteurs publics français encore solvables ou soutenus à bout de bras par les banques publiques et/ou otages de Bercy, du genre à s’offrir des Ségomobiles pour faire plaisir à la ministre de l’écologie, ou des marinières pour plaire au ministre de l’économie.

France So French Business Affaires Compétitivité

Et même si tout le monde sait que même si on pouvait produire en France des trucs vendables et avoir fini le contrôle-qualité dans les délais du client, les syndiqués de la SNCM ou leurs collègues bloquerait le port, les privilégiés d’Air France ou leurs porteurs d’eau coinceraient l’aéroport, et les logiciels de dédouanement « zéro-papier » seraient obsolètes, incompatibles avec les nouveaux ordinateurs et/ou virussés par des fonctionnaires indignés ou des geeks fatigués de jouer à dézinguer des bonbons.

France FatCats Cat Business Compétitivité Vacances

Et même si ça serait quand même plus simple de sous-traiter le binz aux Allemands pour les boites françaises encore capables de fabriquer des trucs (en important des pièces allemandes pour la fiabilité et chinoises pour le prix, et en faisant le SAV au Maghreb pour que ça réponde au téléphone en dehors des heures de fonctionnaires) qui parlent anglais, aux Suisses romands (qui ont un truc pas ballot pour soutenir leurs exportateurs) pour les entrepreneurs français 100% francophones, et aux Italiens pour les vitrines à l’étranger concurrentes des centres d’affaires de l’IDF, des « ambassades » des autres régions, et des French Tech bidules en Californie et autres lieux de villégiature pour élus territoriaux et PME subventionnées par encore un autre ministère en charge du développement économique, de l’emploi, des douanes, toussa-touça. Sans en attendre de miracle, aucune boite (hors monopoles dits de « service public ») n’a jamais réussi à grandir sérieusement, ni en France, ni à l’étranger, en restant dans les « machins » officiels et assimilés plus que le temps réglementaire pour piquer l’essentiel des subventions, des invitations gratuites aux cocktails et salons professionnels, des photocopies d’études de marchés, et des carnets d’adresses.

funny-public-swimming-pool France Bercy Matignon Service Public Compétitivité

Mais je veux pas que mon DirCab soit exilé dans un petit bureau nul avec poutre en biais devant la fenêtre comme du temps de la vieille Bricq.

piscine Compétitivité Formation Export International Bercy Business

Ni que mes djeuns soient enfermés un étage pour autodidactes (lire mal sortis de l’ena, pas au ministère du Travail, mais presque, on simples ingénieurs des Ponts) et autres radicaux de gauche, loin de la terrasse du restau des hauts gradés dans l’hôtel des ministres.

funny-pool France Business

Et j’exige qu’on nettoie la moquette du couloir de l’ex DREE au moins entre les toilettes et la passerelle vers chez le ministre, si on n’a pas le budget pour désaloper un peu autour des machines à café.

funny-moose-swimming-pool-summer France Business Bercy

Et puis, si c’est possible, j’aimerais bien pouvoir choisir au moins quelqu’un pour mon cabinet, entre le/la dircab imposé(e) par Matignon, le/la dircab-adjoint(e) imposé(e) par Montebourg, l’espion(ne) de chez Fabius en échange de mon espion(ne) au Quai d’Orsay, le/la communicant(e) parachuté(e) de chez un(e) ex-ministre du gouvernement Ayrault, et le/la junior envoyé(e) par l’administration. Un(e) secrétaire qui parle anglais et pas trop CGT-Finances, ce serait possible ? Sinon, un(e) stagiaire pas pistonné(e) ?

French Business Affaires Compétitivité

Bref, si Manuel Valls ne trouve pas de jeune volontaire anglophone ayant un CV pas trop décalé pour le commerce extérieur et de vrais diplômes d’écoles agréées en France …

Surf Renaud Favier

Let’s Surf !

Sinon, si L’Elysée préfère que Matignon demande à Bercy de subventionner (encore) un rapport sur la diplomatie politico-économique, l’export et l’image de la marque France dans le monde réel, je peux aussi (enfin) écrire la suite de Frenchonomics, qu’on pourrait appeler « Frankensteinomics ». http://www.youscribe.com/catalogue/livres/actualite-et-debat-de-societe/actualite-evenements/frenchonomics-2015790

Frenchonomics

Si le Quai d’Orsay dispose d’un budget pour commanditer (encore) un  rapport sur la compétitivité et la grammaire des affaires internationales parce que Bercy refuse de lui transmettre son stock de rapports, que Matignon ne peut rien lui passer parce que les conseillers du Premier Ministre d’avant ont embarqué ou détruit les dossiers, et que personne n’ose rien demander à l’Elysée, une mise à jour de « Compétitivité 2012″ est possible. http://www.youscribe.com/catalogue/livres/ressources-professionnelles/competitivite-2012-v4-du-4-novembre-2012-1822197

Compétitivité 2012

Et si personne n’a de rond pour remplacer le toner de la photocopieuse (dont les  conseillers du ministre ont religieusement envoyé le stock à DJ Harlem de Solferino, conformément aux instructions du Parti qui a toujours besoin de photocopies sans factures en saison électorale, parce qu’ils ne pouvaient pas être certains que leur ministre serait reconduit et qu’eux mêmes n’arriveraient pas à obtenir une promotion dans le binz du remaniement), les powerpoint et autres articles dits « de référence » d’avant l’alternance de 2012 sont toujours en ligne et téléchargeables gratuitement pour les présentations aux nouveaux collaborateurs et les réunions avec toujours les mêmes représentants des entrepreneurs qui ne manqueront pas de venir religieusement présenter leurs cahiers de doléances et suggestions comme à tous les ministres en charge des voyages de notables avec candidats à l’export depuis 30 ou 40 berges (avec les usual suspects fanatiques de la chasse en meute à l’allemande, les nostalgiques de feu la DREE et de l’équipe de France de l’Export, les thuriféraires du mentorat « à la Volot » (qui n’est pas le truc le plus idiot que personne ne sache par quel bout prendre, par qui faire mettre en oeuvre, et comment financer sans faire hurler les victimes des réallocations budgétaires), les maniaques de la régionalisation de tout, et les simples corporatistes de base qu’on doit recevoir sous peine d’un blâme et/ou de ne pas être invité à l’université d’été avec petits fours et glaces américaines à volonté, au conclave annuel en bord de mer, ou au séminaire de team building avec golf et piscine), du raout annuel des Conseillers du Commerce Extérieur plus ou moins hors-d’âge à Miami ou ailleurs, et des inauguration de French Tech Centers ou autres machins-bidules nationalisés ou sous-traités pour offrir le café aux fonctionnaires et entrepreneurs en voyage à l’étranger.

http://frenchonomics.wordpress.com

http://www.youscribe.com/catalogue/presse-et-revues/actualite-et-debat-de-societe/commerce-exterieur-enjeux-et-perspectives-la-correspondance-511376

http://www.youscribe.com/catalogue/presentations/ressources-professionnelles/creation-d-entreprise/competitivite-vaste-programme-220377

http://www.youscribe.com/catalogue/presse-et-revues/ressources-professionnelles/aider-plus-efficacement-les-pme-primo-exportatrices-r-favier-p-icc-1024534

http://www.youscribe.com/catalogue/presentations/ressources-professionnelles/competitivite-croissance-internationale-quelques-mythes-et-510283

http://www.youscribe.com/catalogue/presse-et-revues/actualite-et-debat-de-societe/politique/relance-2-0-construire-les-autoroutes-de-l-exportation-classe-510780

Sinon, on peut continuer comme on a toujours fait, en changeant juste la piscine de place.

Swimming Pool France

Let’s Go !

c) Renaud Favier – 3 avril 2014

 

Publié dans Attractivité, Commerce Extérieur, Compétitivité, Entreprise | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire