Bonne et heureuse année de succès, croissance et innovation

Le monde des affaires ne va certainement pas devenir en 2012 beaucoup plus indulgent pour les entrepreneurs pas assez compétitifs, moins cruel pour les salariés d’entreprises pas assez innovantes ou plus spontanément généreux envers quiconque. Il va falloir donner un bon coup de pédale en 2012 si on n’est pas bien abrité.

Que l’Euro monte et il continuera à nuire à la compétitivité du « produit en France », qu’il baisse et il renchérira l’achat des matières premières, des intrants, des frais logistiques facturés en $ et de tout ce qui n’est plus et ne sera plus jamais produit en France, même les équipements made in Germany à base de composants sous-traités hors zone Euro. Fort risque de « catch 22 situation » pour ceux qui sauraient pas s’adapter vite en 2012.

Que le « made in France » investisse ou pas la campagne électorale française, il aura d’autant plus de mal à submerger les marchés étrangers que le BFR induit par d’éventuels succès commerciaux sera difficilement finançable auprès des banques tandis qu’une certaine idée du patriotisme économique continuera probablement à compliquer la vie des PME, sous-traitants et autres E.T. (ETI ?).

Quant à ce hiatus entre les besoins en personnel qualifié et la formation des jeunes, il va continuer à créer du chômage alors qu’on voudrait bien embaucher malgré le code du travail et que pas mal de salariés aimeraient travailler moins pour que leurs enfants puissent gagner quelque chose. Mais il y a un bug quelque part dans le système, pas seulement au niveau de la formation professionnelle. Il faudrait s’en occuper en 2012.

Mais tout ça, c’est business as usual, alors on ne va pas en faire toute une affaire même si on rajeunira d’autant moins en 2012 qu’il y aura un jour bissextile de plus. Pendant lequel les concurrents travailleront entre 16 et 24 heures selon qu’ils sont aux deux ou aux trois « huit », et profiteront de nos vacances de ski de février pour prendre un peu d’avance technologique.

Mais quoi qu’il arrive, on a une chance d’avoir en 2012 la promotion qu’on a ratée en 2011 rapport aux circonstances défavorables, en 2010 parce que c’était compliqué, en 2009 sur un malentendu et en 2008 parce que quelqu’un à la DRH avait égaré les formulaires pour les entretiens professionnels. Et ça, ça va changer la vie si on le prend avec bonne humeur.

Bonne et heureuse année quand même, parce que si on a survécu à 2011, ce n’est pas pour  se laisser impressionner par 2012.

  

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s