France : déficit du commerce extérieur (un peu) moins abyssal en 2012 … ce n’est pas bon signe

small globe

Dans un contexte international et national très incertain, voire assez préoccupant, Bercy, qui a eu la divine surprise statistique d’une stabilisation du chômage sur un mois, pourra également se féliciter d’un déficit commercial en léger recul sur l’ensemble de l’année 2012.

Logo_CE

Pour rappel, l’année 2011 s’était achevée sur un décrochage historique, le déficit dépassant -74 milliards d’euros, en décalage brutal et profond de l’ordre de 50% par rapport aux bon an, mal an -50 milliards en moyenne lissée subis depuis l’année 2008, considérée comme le début de la crise économique globale.

Données annuelles, sources Bercy / Douanes actualisée à novembre 2012 : http://lekiosque.finances.gouv.fr/Appchiffre/portail_default.asp )

Echanges FAB/FAB yc matériel militaire
données estimées, brutes – valeurs en millions d’euros

Date Export Import Solde
Cumul des douze derniers mois -> novembre 2012 443 812 509 638 -65 826
2011 427 967 502 170 -74 203
2010 394 776 447 082 -52 306
2009 346 481 391 872 -45 391
2008 417 636 473 853 -56 217
2007 406 487 448 981 -42 494
2006 394 621 424 549 -29 928
2005 360 376 384 588 -24 212
2004 345 256 350 996 -5 740
2003 327 653 327 884 -231

Bercy pourra, ainsi, vraisemblablement se réjouir d’un recul assez nettement en dessous de 70 milliards de déficit sur l’ensemble de l’année 2012 : non pas que cela soit dans l’absolu une performance très excitante, puisque cela restera le deuxième pire résultat de l’histoire du commerce extérieur de France, et que les tenants et aboutissants de ce chiffres sont tout plus que rassurants, mais tout indicateur un peu plus gris que noir doit être considéré comme un bonne nouvelle, aux standards de l’époque à Paris, qui est plus à l’importation massive d’anti-dépresseurs qu’à celle de feux d’artifices.

bonne_nouvelle_station_Paris

 

La ministre du commerce extérieur, Nicole Bricq, pourra rappeler l’objectif gouvernemental d’un équilibre (hors énergie) à horizon 2017, faire valoir sa « géostratégie commerciale ciblée vers les pays les plus porteurs », articulée avec la nouvelle diplomatie économique nationale et la stratégie de compétitivité annoncée dans la foulée de la remise officielle du rapport Gallois, enfin se féliciter de l’engagement des régions, en synergie avec la BPI, pour le développement des PME et ETI à l’international et la promotion du « mieux vivre » français dans le monde entier.

nicle-bricq-couples-internat

Un « mieux vivre » qui se traduit par les quatre priorités actuelles du ministère (établies sur la base des travaux de la DG Trésor présentés à Bercy début décembre 2012 http://www.tresor.economie.gouv.fr/6446_etude-sur-les-couples-pays-secteur-porteurs-a-lexportation) :

  • « Mieux se nourrir » : qualité et diversité des produits, sécurité et traçabilité alimentaire, diététique, équipements agricoles et de l’agroalimentaire. Parmi les pays cibles : la Chine, les Etats-Unis, le Japon, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Belgique, les Pays-Bas, la Corée du Sud, la Pologne, le Canada, les Emirats Arabes Unis, la Russie, la Tunisie, le Maroc, l’Algérie, le Brésil, Singapour, l’Arabie Saoudite, le Kazakhstan, l’Ukraine et le Mexique.
  • « Mieux se soigner » : pharmacie, dispositifs et équipements médicaux, parapharmacie et cosmétique, services de santé.Parmi les pays cibles : la Chine, les Etats-Unis, l’Allemagne, le Royaume-Uni, le Japon, la Corée du Sud, la Pologne, la Russie, la Turquie, l’Algérie, le Brésil et l’Inde.
  • « Mieux communiquer » : logiciels, numérique embarqué, composants et produits électroniques à haute valeur ajoutée, sécurité, e-services. Parmi les pays cibles : la Chine, les Etats-Unis, la Corée du Sud, l’Allemagne, le Royaume-Uni, le Mexique, le Brésil, le Japon, la Russie, l’Inde et le Qatar.
  • « Mieux vivre en ville » : ingénierie urbaine, architecture, construction et efficacité énergétique, matériels et services environnementaux, transports urbains. Parmi les pays cibles : la Chine, l’Inde, les Etats-Unis, l’Indonésie, le Vietnam, le Brésil, la Russie, l’Allemagne, la Pologne, l’Algérie, l’Arabie Saoudite, le Maroc, la Turquie et les Emirats Arabes Unis.

Bercy pourra réaffirmer son ambition d’une réorientation progressive  du commerce extérieur vers des marchés et secteurs jugés porteurs à horizon d’une dizaine d’années.

(Source / compléments : http://www.gouvernement.fr/gouvernement/exporter-le-savoir-faire-francais-vers-les-pays-les-plus-porteurs)

244617_0202426465127_web

Personne, à part peut-être quelques journalistes libéraux et twittos manquant d’élégance, ne gâchera l’ambiance en se hasardant à penser trop fort que ce genre d’approche technocratique parait un peu d’un autre temps et que la planification à la française n’a guère plus convaincu que celles des autres pays Potemkine inspirés par les Soviets au cours des 9 dernières décennies, que la réduction du déficit commercial est à un pays en récession ce que celle du besoin en fond de roulement est à une entreprise en baisse d’activité, que les performances du secteur des céréales sont liées à une hausse générale des prix des matières premières agricoles qui portent en elles les germes de la hausse du coût de l’alimentation pour les classes populaires et ne reflètent guère la montée en gamme vers le high-tech ou le luxe made in France, que la baisse des importations de machines et équipements industriels est un signal alarmant alors même que l’investissement était déjà très insuffisant depuis des années, enfin que l’arbre Airbus cache de moins en moins bien la forêt des défaillances de PME et des difficultés des anciens fleurons de secteurs pas encore disparus, mais déjà très menacés. Quant à (se) demander si les pays européens en cours de rebond, les Etats-Unis, le Japon, les pays dits « émergents » et les pays rentiers investissant leurs revenus passés et présents pour créer chez eux les emplois réels, filières solides et profits durables de demain sont inactifs, ce serait aussi déplacé que de (se) demander si l’Allemagne et la Chine, entre autres champions actuels de l’exportation de biens à haute valeur ajoutée et de la sous-traitance en zones à forte flexibilité et haute compétitivité salariale, dorment tranquillement sur leurs lauriers en attendant que les stratèges français leur taillent des croupières. Il faudrait pourtant que quelqu’un (se) demande si la France n’est pas en train de se féliciter d’avoir décidé de tenter de réactiver un arsenal d’avant-hier (au demeurant sous contrôle de fonds et/ou partenaires étrangers pour le CAC40 et déjà nombre de pépites parmi les PME et ETI performantes et/ou prometteuses, coréen pour le dernier grand chantier naval, et au moins moitié allemand pour l’aéronautique, la vente médiatisée de tel ou tel domaine vinicole à des intérêts asiatiques et de la plupart des hôtels de luxe sérieusement rentables à des investisseurs étrangers étant la partie émergée de l’iceberg) pour fabriquer les armes de la guerre d’hier (au demeurant déjà perdue avant même le renoncement à la TVA sociale, quand bien même les marchés du Royaume-Uni et de la Suisse resteraient dynamiques et accessibles malgré la hausse de l’Euro et les incertitudes sur les frontières du marché commun) en visant les cibles qui auront disparu demain et les chimères vertes ou numériques dont les ombres n’ont jamais existé que dans les rêves en français des inventeurs d’avions renifleurs sur crédits d’impôts et des fossoyeurs de Plans Calculs sous l’autel de la compétitivité.

france

Mais, what else, à part ces « couples pays-secteur » (qui ont au moins l’intérêt de traduire la forte cohérence de l’action gouvernementale en faisant un écho business au mariage pour tous sociétal, souriront les sourieurs) qui font du sens sur le papier mais ne sont guère révolutionnaires et supposent un « revival » du côté de l’offre made in France ? Continuer à exporter les … footballeurs (la France est vice-championne du monde avec 260 joueurs exilés, seul le Brésil faisant mieux cf « Le foot français, champion à l’export » Les Echos du 22 janvier 2013), acteurs talentueux et autres citoyens acheteurs de voitures allemandes et montres suisses en espérant que non seulement ils dégraderont les balances commerciales d’autres pays en achetant sur place les choses coûteuses et inutiles, mais permettant d’afficher sa réussite, que la France ne produit plus guère en volumes significatifs avec valeur ajoutée fiscalisée sur territoire national que dans les secteurs de la maroquinerie, de la cosmétique, de la parfumerie et de quelques autres luxes plus ou moins surannés, mais qu’ils y achèteront, par habitude, patriotisme économique ou simplement goût, quelques denrées agro-alimentaires (un accord bilatéral devrait par exemple bientôt permettre l’exportation de charcuterie française vers la Chine, en espérant que le marché n’est pas trop irrémédiablement préempté par les Italiens et Espagnols déjà présents, et que les salaisons françaises ne sont pas trop produites à base de viandes, sel et autres composants importés), boissons alcoolisées et autres produits de consommation courante made sinon in ou by France comme les pneus Michelin, au moins avec des intrants français comme les sauces tomates du Cabanon faites à base de purée de tomates chinoises livrées en containers, mais incluant un peu de main d’oeuvre de conditionnement et d’air de Provence sous le goulot, ou le sel à l’emblème d’un cétacé, dont les usines sont maintenant toutes délocalisées au Maghreb mais qui est conditionné sous un logo made in France qui doit bien encore rapporter quelques droits d’auteur, et produit à partir d’eau de la Méditerranée contenant de l’eau de fleuves français ?

So-French-So-Good-promeut-l-agrolimentaire-made-in-France_unelarge

En attendant mieux, un powerpoint pour entrepreneurs, créateurs et autres patrons plus concernés par leurs clients, circuits de distribution, process, technologies et produits, que par les crédits d’impôts, dialogues sociaux et autres succédanés de compétitivité : http://www.youscribe.com/catalogue/presentations/ressources-professionnelles/creation-d-entreprise/competitivite-vaste-programme-220377

Sinon, si on s’intéresse un peu à l’économie réelle, à l’emploi pas trop artificiel et à la compétitivité en France, la V4 du 4 novembre 2012  du #eBook « Compétitivité 2012″ (pdf, 216 pages) est en téléchargement gratuit sur Youscribe (plateforme made in France créée par une jeune équipe sympa), en attendant la V5 programmée courant février : http://www.youscribe.com/catalogue/livres/ressources-professionnelles/competitivite-2012-v4-du-4-novembre-2012-1822197 

Compétitivité

Et puis, on peut aussi e-lire gratuitement sur la compétitivité en France, en cliquant sur les images ci-dessous.

         
        

Renaud Favier – 29 janvier 2013 – Page facebook Compétitivité – Groupe LinkedIn

PS :  qu’on soit, ou pas, partie prenante à la trajectoire vers des équilibres budgétaires, commerciaux ou politiques en 2017 ou plus tard, on peut lire des publications moins spécialisées, mais concernant également la préparation de l’avenir du pays.

Sur Amazon :

        

Sur Youscribe (belle PME made in France de l’économie digitale) :

               
               
         
           
          
.Boules de Noel 2012
.
Retour vers Compétitivité : https://madeinfrance2012.wordpress.com/

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Compétitivité, Entreprise, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s