It’s Stupid, … Economics !

Hal-1

La politique économique, maintenant, c’est comme les marchés financiers : follement déconnecté des « fondamentaux », largement débrayé de toute vision du monde réel ou rêvé, et on se demande un peu si les pilotes sont des citoyens (ir)responsables ou des robots.

hal

Les « vieux de la vieille » qui en ont vu d’autres, du soviétisme aux reaganomics en passant par les Frenchonomics et autres délires périphériques, se disent qu’à partir du moment où le monde est (en principe) vacciné contre le risque de conflagration globale genre 1929-1945 et protégé des épidémies les plus dangereuses par les institutions collectives genre ONU, OMC et FMI, les petites entreprises, grands pays, vice-versa et autres créatures vivantes et adaptables devraient pouvoir survivre aux expérimentations hasardeuses, aux darwininismes créatifs, et aux réalités économiques des nouveaux temps modernes, fussent-elles très imprévisibles, tendance déstabilisantes. Cf LeMonde : http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/02/25/reouvrir-l-avenir_1838220_3234.html

0222-sequester-Warren-Buffett.jpg_full_600

Warren Buffet, « oracle » responsable et investisseur avisé de long terme depuis 1942

Cela n’empêche personne de pousser de temps à autres un coup de g…, pas toujours aussi tonitruant que les mots du patron de Titan au jeune lion de Bercy suite à une divergence de vue sur l’avenir possible d’une usine Goodyear à Amiens, mais plus convaincant que les éléments de langage de communicants professionnels de qualité aussi inégale que les lasagnes congelées en Europe et/ou de politiciens professionnels et apparatchiks de rang plus ou moins intermédiaire de pays, partis et autres fromages de terroirs plus ou moins exemplaires. Cf TheGuardian sur le soft power : http://www.guardian.co.uk/media/greenslade/2013/feb/26/warrenbuffett-us-press-publishing

123708320984376551_QKgTyYkP_c  Buffet quote - Credits Unknown

Les djeuns qui parlent anglais, et ont un peu moins de recul (et d’économies), sont un peu plus perplexes, tendance inquiets, même dans les pays significatifs en principe protégés des pulsions suicidaires et d’une certaine idée du déclino-masochisme de vieux mondes par l’esprit d’entreprise, le goût de l’innovation, l’acceptation du changement, et une relative indifférence, voire une tolérance aux 1% de ceci ou ceux-là dans les hamburgers ou la société. Cf Asian Wall Street Journal : http://online.wsj.com/article/SB10001424127887323478304578334193811312074.html?mod=asia_home

21913-sequester-graphic-final-20130219220411-obama-sequester-graphic-from-organizing-for-america - Credits : inconnu

Certains baby-boomers, même français, sont bien (in)formés, lucides, décents, courageux et prêts à ne pas faire valoir immédiatement tous leurs droits acquis à une (ou plusieurs) confortable retraite, voire disposés à continuer à travailler au service de l’intérêt général sans exiger de rémunérations délirantes permettant d’intéresser les marchands de biens dans les dîners en villes parisiens et de bien figurer dans les concours de beauté des séminaires de hauts fonctionnaires défroqués (mais friqués) et autres françocrates, mais, comme disait Gabin dans « Le Président » sur un texte ciselé par Audiard : « … c’est comme les poissons volants -NDLR et les (d)économistes français capables de lire The Economist sans devenir tout rouge parce qu’ils ne comprennent pas mais sentent bien que ça ne pense pas que du bien d’eux et que si ça n’a pas 100% raison, ça peut ne pas avoir 100% tort-, ils ne constituent pas la majorité du genre … » https://madeinfrance2012.wordpress.com/2013/03/01/pascal-lamy-bientot-libre-dobligations-omc-pas-tendre-sur-leconomie-a-la-montebourg/

Pascal-Lamy-directeur-g-n-ral-de-l-Organisation-mondiale-du-commerce-

Mais pour remettre l’Europe et autres « vieilles économies » du monde d’avant à vitesse raisonnable sur les bons rails, la France en particulier, il y a du boulot (pour des gens ne conduisant pas sans les mains -ou avec celles des autres- en regardant dans leur rétroviseur -ou les jambes de la passagère- avec un GPS made in DDR dopé au chichou marocain -ou au LSD-) pour les poissons volants … https://madeinfrance2012.wordpress.com/2013/02/28/visite-detat-tres-business-de-francois-hollande-a-moscou-ainsi-vont-la-france-et-le-monde/

Ainsi va la France dans le monde ...

Sinon, on peut (faire semblant de) croire aux Frenchonomics, bien sûr, mais c’est au moins aussi inquiétant pour les français qui bénéficient encore d’une rémunération en échange d’une activité (productive ou non, exercée dans des conditions économiques normales ou dans un cadre artificiel subventionné par emprunt sur les marchés internationaux ou ponction fiscale délirante sur le secteur encore productif), que les coupes budgétaires et autres joyeusetés éco-financières contemporaines aux Etats-Unis pour les employés fédéraux risquant d’être mis à pied, pour leur écosystème (familles, fournisseurs, coiffeurs, contrôleurs des impôts, bailleurs, créanciers …) et les citoyens normalement usagers de services publics à l’ancienne du genre qui ont assuré une certaine idée du progrès social depuis un ou deux siècles, permettant par exemple de visiter le Grand Canyon sans se faire dévorer par un ours ou mourir de soif sur un chemins de traverse, de naviguer entre le Détroit d’Ormuz et les côtes d’Afrique sans trop se faire flinguer par des pirates ou devoir armer son cargo façon petit porte-avion, et de créer et faire prospérer des boites et emplois grâce à un Small Business Act qui ne fonctionne pas que d’amour et d’eau fraiche, grâce à un écosystème d’innovation qui ne se finance pas que par les donations d’anciens élèves à Harvard et au MIT, et grâce à des infrastructures collectives que seuls les plus dogmatiques des déconomistes libéraux croient encore pouvoir faire financer systématiquement par le secteur privé ou sa variante « public-privé » (en français : « économie mixte ») et que seuls les plus archéo-rigides des frenchonomistes fonctionnaires ou assimilés font encore semblant de croire pouvoir faire financer par des groupements de baronnies locales et autres syndicats de coopératives ouvrières. http://www.youscribe.com/catalogue/livres/actualite-et-debat-de-societe/actualite-evenements/frenchonomics-2015790

Frenchonomics Small

La vraie question, c’est encore et toujours : « So what ? », avec variante « What else ? ».

 Renaud Favier –2 mars 2013 – Page facebook Compétitivité – Groupe LinkedIn

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Commerce Extérieur, Compétitivité, Entreprise, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s