Compétitivité : l’Allemagne peut-elle se réjouir des difficultés de la France ?

602257_596912237009186_1528942734_n

On est souvent tenté, en cas d’inexplicable défaite française, de penser que les difficultés de la France profitent à l’Allemagne, voire que cette dernière serait la cause de certaines de nos contrariétés. La mondialisation ne change pas grand chose à la tentation du bouc émissaire d’outre-Rhin.

jpgImage

Crédits image : Chappatte

On sait pourtant bien que les pays émergents en général, la Chine en particulier, bénéficient de l’affaiblissement relatif des anciens pays industrialisés, au(x) premier(s) rang(s) desquels la France (et la Grande Bretagne), ex grande(s) puissance(s) mondiale(s), indépendamment du destin des Allemagnes.

Contrepoints-860-e1304663520737

Crédits image : Le Honzec

Que certains « émergents » forcent le destin en profitant d’avantages comparatifs économiques, sociaux et environnementaux contestables. En pratiquant à l’occasion un dumping sans état d’âme pour conquérir des positions commerciales, consolider des filières industrielles ou éliminer des concurrents. En jouant très viril, à la limite du correct loyal, y compris contre l’Allemagne.

A model stands next to a Mercedes-Benz Concept Style Coupe at Auto China 2012 in Beijing

Après la menace européenne sur les panneaux solaires chinois et la riposte chinoise sur les vins, la Chine pourrait s’en prendre aux berlines européennes, un marché dominé par les allemands Mercedes et BMW © Reuters

On sait même qu’il n’y a pas que les émergents du « Sud ».

manta-uuv-400x264

Drone US – Qui disait que Tupolev 144 était le pire ennemi du Concorde ?

On sait aussi qu’au Sud, il n’y a pas que la Chine.

media_xll_5811754

Mais il faut chaque jour répéter que l’adversaire n’est pas l’Allemagne (et vice-versa).

89760_france-s-prime-minister-jean-marc-ayrault-delivers-a-speech-during-a-visit-at-the-technology-research-institute-jules-verne-in-bouguenais-near-nantes

Chaque jour agir en France pour la compétitivité, la croissance et l’emploi en France.

le_mot_d_ordre_europ_en_craser_les_salaires

Crédits : Baudry

Chaque jour lutter contre la tentation de faire porter le chapeau au mauvais endroit.

12-10-30-hollande

Crédits image : Placide

D’autant plus lutter contre les préjugés que les cyniques disent que c’est comme en 40, que certains en Europe (et même en France) profitent sûrement un peu de la situation en jouant le « une Europe pour tous (même la France), chacun pour soi en Europe (voire en France) ».

941690_596734487026961_1505826375_n

Crédits image : Echevin

Que les moins pro-européens et/ou germanophiles sous-entendent volontiers dans les dîners en ville (et les loges des stades de foot) que, la paix d’aujourd’hui étant la continuité de la guerre du monde d’hier par d’autres moyens, les vainqueurs de la guerre froide (et de celle de 40) taillent leur autoroute dans la guerre économique sans trop de préoccupation pour les taxis de la Marne.

france-saura-prendre-virage-competitivite-eco-l-enqt3g

Crédits : Acturatons

Que l’anti-germanisme est redoutablement efficace pour faire lâcher une larme sur Mongénéral et ses Trente Glorieuses dans les dîners parisiens avec cravate, pour faire trembler les micros et s’agiter les affiches dans les meetings protestationnistes et/ou anti-européens de tous bords, et pour inspirer les communicants mandatés par les spéculateurs financiers anti Euro(pe) et/ou les aventuriers politiques anti-Euro(pe), et vice-versa.

392744726

German bashing – Crédits image : I. Turria

D’autant que l’anti-germanisme (voire l’anti-européeanisme) sommaire et caricatural, comme tous les concepts économiques un peu simplistes, n’est pas dénué d’un fond de crédibilité.

67979_571690999526625_317761323_n

Crédits image : Tastet

Heureusement, l’économiste volontiers iconoclaste (autant que son employeur le tolère) Patrick Artus rappelle opportunément, dans un édito bien troussé, y compris entre les lignes (Le point, 4 juin 2013 :  http://www.lepoint.fr/invites-du-point/patrick-artus/pourquoi-l-allemagne-a-peur-de-la-france-04-06-2013-1676089_1448.php ), que si l’Allemagne peut probablement : –

  • vendre toujours plus de 4/4 Porsche, VW ou BMW d’occasion en chipant des parts de marché à Dacia au sud de la Loire quoi qu’il arrive au AA à Paris, grâce au recul français dans ses anciens prés-carrés et à la fin des stocks de pièces pour 504
  • écouler quelques millions de pizzas surgelées Dr Oetker (dont certaines sont produites dans une usine en Alsace, il faut le reconnaitre) et autres spécialités agro-alimentaires germaniques supplémentaires au pays des gastronomes si les concurrents locaux font faillite et/ou si la France sort par le bas de l’Euro(pe)
  • et exporter quelques centaines de milliers de robinets sans problèmes de l’un ou l’autre des Grohe, que la construction subventionnée redémarre en France encore plus vite que la prime à la casse automobile pour perfuser la croissance en continuant à emprunter à taux zéro en contrefaisant la signature allemande, ou pas

… notre voisin d’outre-Rhin a très gros à perdre si la France tombe trop bas, faisant à peu près certainement glisser avec elle l’Euro(pe), entrainant inévitablement dans son dérapage une certaine idée de l’Europe puissance, et mettant possiblement en péril la « pax-europaea » dont Angela Merkel, plus visionnaire -ou pragmatiquement pessimiste- qu’on ne le soupçonnerait, avait rappelé dans son discours inaugural au Forum de Davos de janvier 2012 combien elle souhaitait que les jeunes Européens n’ayant connu que liberté, démocratie et paix puissent en profiter longtemps ( http://www.la-croix.com/Actualite/Europe/Le-plaidoyer-d-Angela-Merkel-pour-l-Europe-a-Davos-_NG_-2012-01-25-762122 ).

plantu

Crédits : Plantu

Rappelons que « Si France & Allemagne fusionnaient … elles créeraient la 1ère puissance exportatrice au monde » (UsineNouvelle) : http://lnkd.in/qKAvph 

3159547388

Paris, 30 mai 2013

Compléments dans le très récent rapport Beffa (France) – Cromme (Allemagne) : http://www.elysee.fr/communiques-de-presse/article/remise-du-rapport-beffa-cromme/

Renaud Favier – 9 juin 2013 – Page facebook Compétitivité – Groupe LinkedIn

Frenchonomics      Compétitivité 2012 couverture

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Attractivité, Commerce Extérieur, Compétitivité, Entreprise, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s