La grève du foot, maintenant …

1384248_10201643227857549_277927236_n

En même temps, s’ils font grève des 3 mi-temps, il y a un « s » – Crédits : Pierre Echevin

Les footballeurs, c’est comme les autres intermittents du show-business, apparatchiks de la politique professionnelle, et vendeurs de luxes inutiles, c’est quand il y en a beaucoup trop de mauvais vivant aux crochets des citoyens « normaux » productifs, que ça devient un problème.

22 joueurs plus les remplaçants

22 joueurs plus remplaçants, encadrement et officiels, ça fait beaucoup les soirs de matchs pour les stades des clubs de province

Les déconomistes officiels les moins farfelus feront des notes en deux parties (pour deux partis ?) pour les journalistes, lobbyistes, investisseurs et communicants politiques.

PSG

CQFD – Crédits : Raneom

La première pour souligner doctement que des activités improductives peuvent avoir non seulement un rôle « social » en occupant des gens ne sachant rien faire d’utile et en contribuant au moral des citoyens n’ayant rien d’autre à faire, comme l’avaient compris les communistes du temps de l’URSS qui offraient des privilèges exceptionnels à leurs sportifs alors même qu’ils n’avaient pas les moyens d’entretenir leurs centrales nucléaires, mais que sans le foot, on ne saurait pas comment faire la publicité pour les boissons toxiques qui rapportent des taxes, les compagnies aériennes qui occupent les contrôleurs aériens quand Air France est en grève, et tous les trucs qui permettent de vendre moins cher la TV aux citoyens tribuables.

Foot Business

Crédits : Perth

La seconde pour chiffrer les avantages-inconvénients du toujours plus d’impôts en général et de la taxation plus ou moins rétroactive des revenus versés en France aux meilleurs footballeurs en particulier, avec calcul d’impact sur les milieux connexes du commerce de voitures stupidement monstrueuses made in étranger, du trafic de sexe et autres consommables de luxe dans les boites chics et autres maisons de passage de people, et du consulting footballistique sur les chaines TV françaises et étrangères. La synthèse des déconomistes sera immanquablement qu’il faudrait probablement réformer quelque chose au Royaume de France pour éviter la faillite et/ou délocalisation du foot aussi, mais que c’est compliqué, et qu’il faudrait pour commencer créer un crédit d’impôt sport compensatoire pour les clubs, et une niche fiscale pour les joueurs, pour tenter de restaurer la compétitivité des entreprises sportives françaises en général, footballistiques en particulier.

Premonitoire

En fait, le vrai souci, c’est s’il faut trouver un autre support que le sport professionnel pour les paris, et un autre sujet que le foot à mettre entre les pubs pour les TV.

femmes_foot

Crédits : Chimulus

Parce que les statistiques économiques officielles, genre chômage ou croissance, ça serait bien pour les paris et les conversations : il y en a tout le temps avec du suspens, plein de consultants pour en parler à la TV et de l’intérêt général du grand public, mais il faudrait être sûr qu’il n’y ait pas trop de triche « à la SFR sauce Bercy », d’erreurs d’arbitrages genre « couacs gouvernementaux », et vice-versa.

humour-football-foot-couple

Et la politique, ça meuble bien entre les publicités, mais les politiciens professionnels sont encore plus mauvais, détestables et détestés que les footeux, et il y a autant de soupçon de dopage et de corruption sur les politiciens que sur les autres sportifs professionnels, alors les marques exemplaires risquent d’hésiter à en sponsoriser officiellement, et même à parrainer des émissions spécialisées.

mondial-france

Crédits : Tastet

Ceci twitté, la compétitivité du foot français, c’est comme la compétitivité de n’importe quelle entreprise française, grève ou pas grève …

Renaud Favier – 25/10/2013 – Facebook Compétitivité – Groupe LinkedIn – English

Frenchonomics     Compétitivité 2012 couverture

PS : Allez les Bleus http://www.youscribe.com/catalogue/presentations/loisirs-et-hobbies/sports/allez-les-bleus-vers-2014-parce-que-2010-c-etait-pas-ca-et-1956247

claude-bartolone---noel-le-graet---francois-hollande---valerie-fourneyron---alain-juppe-31-05-2013-bordeaux---evian-thonon-finale-coupe-de-france-20130601093732-1635

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Attractivité, Compétitivité, Entreprise, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s