Le Brésil est un pays sérieux, maintenant. Dommage pour le (Rafale) made in France

Francois-Hollande-au-Bresil

« Euhhhh-Euuuhhh, j’ai une petite blagounette : Comment un Français peut-il réussir, maintenant ? En s’exilant au Brésil … »

Encore raté pour François Hollande ; la Nouvelle diplomatie économique ; le made in France ; la marque France ; Bercy le Rafale !

nicole-bricq-francois-hollande-et-laurent-fabius

Avant, Hollande était déjà dubitatif sur les délires féodaux de Bricq au commerce extérieur et la nouvelle diplomatie économique de Fabius, mais c’était avant. Maintenant, il ne se ridiculise plus avec Bricq à l’étranger (il emmène Sarko quand c’est sérieux), et il ne lit plus les rapports de Védrine (qui sont cependant payés rubis sur l’ongle sur argent public)

Pourtant, on nous avait promis du changement, du redressement productif pour la croissance juste, l’emploi social, et le boulot de gens payant des impôts délirants et de la TVA hystérique en France, toussa-touça, pas comme du temps où nos grands dirigeants étaient de petits représentants de commerce, et où on avait tout juste des secrétaires d’état même pas sénateur sectaire, écologiste archaïque, et conjoint d’un cador de la région IDF, au commerce extérieur, pour l’attractivitude des investisseurs étrangers (dans l’immobilier de prestige), à la compétitivitude de choc des PME (Blagounette 2 : Comment devenir une PME en France ? En commençant CAC40 …), et la part de marché de la France dans les pays émergents solvables et sérieux (sinon, offrir des TGV à des amis, balkaniser le dispositif d’appui à l’export entre les régions et métropoles amies, ou subventionner des paquebots promène-couillons avant « Arcelormittalisation » des derniers chantiers (sans sidérurgie, c’est plus compliqué de faire des coques de fiers navires …), ça permet d’acheter à crédit les élections dans les circonscriptions amies). Ach, la nouvelle diplomatie économique, gross Bonheur pour les concurrents (pour la petite histoire, Dassault aurait certainement préféré être partenaire majeur d’un Eurofighter vendable que fabricant un peu malgré-lui d’un tube ailé pour porter un réacteur de la SNECMA dont il ne fallait pas désespérer les dirigeants et lobbyistes, coordinateur un peu à son corps défendant de sous-traitants en France pas encore tous assez délocalisés ou vendus à des étrangers pour être compétitifs, et concepteur du fils du Concorde pour faire plaisir aux descendants des parents dudit et aux communicants du ministère de la féminitude) …

Rafale France Brésil

Mais le Brésil est (depuis un moment) un pays (plus) sérieux (que la France et pas mal d’autres vieux beaux roulant carrosse), n’en déplaise à Mongénéral qui faiblissait parfois un peu de l’intuition (en fouillant un peu dans le placard secret-défense de l’Elysée, on doit bien trouver un papier signé de sa grande main autorisant le lancement du programme Concorde malgré la baffe prévisible des irrésistibles Américains, et l’inévitable fin de l’âge d’or du pétrole plus ou moins gratuit, avec un codicille prévoyant un fils du Concorde qui ferait Saint-Cyr et s’appellerait Rafale pour la grandeur de la France, la sortie de l’OTAN et la fiction de la puissance …), surtout sur ses vieux jours (et ceux de ses compagnons de route de tous bords), et à ses héritiers auto-proclamés des ministères ou des états-majors.

rafale

Crédits : Baudry

Le Brésil est (depuis des siècles) un pays géant, dont les éventuels ennemis assez ballots pour essayer de venir bombarder en avion les militaires fonctionnaires de Brasilia, les décideurs politiques sur les plages de Rio, ou les partenaires technologiques d’autour de Sao Paulo, devaient s’acheter des satellites ruineux pour le guidage GPS des chasseurs, des avions ravitailleurs géants pour ravitailler les avions ravitailleurs des bombardiers, ou un porte-avions nucléaire pour arriver jusqu’au large des plateformes pétrolières brésiliennes gardées par sous-marins et hélicoptères, ou à proximité des ports exportateurs de soja et poulets. Alors c’est comme pour les voitures, quand on a un gros zizi, on n’a pas besoin d’un véhicule frime en publicités dans les magazines pour gens riches avec photos élégantes comme pour les montres dorées du Noël des gens riches qui se détestent les uns les autres.

Rafale France

Le Brésil est (devenu) un pays pétrolier, certes, mais pas une République bananière claquant ce qui reste après épargne à l’étranger et distribution aux prédateurs locaux de l’argent des ressources naturelles exportées, en symboles d’impuissance érigés devant les caméras complaisantes de journalistes invités. Il y a des gens, même friqués, et même des pays, même riches, qui ne dilapident pas leur héritage (ou gain au loto de la distribution des ressources naturelles) pour acheter des Porsche Cayenne toutes options pour emmener leurs mômes à l’école du coin. Il y a des politiciens, et même des militaires, qui n’ont pas la folie des grandeurs, des amitiés pas recommandables, ou des motifs divers et avariés mais invariablement ruineux pour leur pays. Il y a des avions militaires (de papier, reste à le voire voler, le SAAB) pas très chers, dont peu importe qu’ils soient (remplis de machins-bidules sous contrôle américain et fabriqués par une boite encore un peu européenne mais qui sera inévitablement vendue au plus offrant émergent un de ces jours) tout-à-fait inadaptés à d’éventuels combats aériens du futur, puisque tout le monde se fera la guerre (et l’amour) avec des gadgets électroniques sans pilote, des trucs télécommandés silencieux, ou des machins furtifs biodégradables, toutes choses qu’il va falloir se bouger sérieusement à Paris et alentours si on veut être capable d’en vendre du made in France à l’export.

dassault-mirage-brasil

Quand on a juste besoin d’un drapeau volant pour les défilés militaires pas loin d’un aéroport (fut-il flottant, honni qui futile y pense), et qu’on n’a pas envie de se ruiner, autant acheter un truc normal

Bon, ça c’est (pas) fait, on va pouvoir (ou pas) passer à autre chose. En attendant le prochain cadeau de Noël que l’économie française nous offrira, on peut regarder en replay gratuit le Commissaire à l’Investissement Louis Gallois, passé ce matin en direct chez Bourdin @BFMTV. Sur le chemin Bercy ? A 70 ans, ayant trouvé des formes d’engagement républicain plus efficaces, il n’est pas volontaire … dit-il. Pourtant, les patrons français l’y verraient bien, tant qu’à devoir faire avec un politicien haut fonctionnaire de gauche. http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20131217trib000801448/les-patrons-francais-verraient-bien-louis-gallois-a-bercy.html

Renaud Favier – 19/12/2013 – Facebook Compétitivité – Groupe LinkedIn – English

Frenchonomics     Compétitivité 2012 couverture

* * *

Piano ma sano ...

 

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s