Il fau(drai)t (pouvoir ? vouloir ?) sauver le soldat French-Tech

Sorry French Tech

Les 15 millions d’Euros (sic) prévus pour la promotion des startups made in France sur les foires et salons à l’étranger seraient menacés, d’après les observateurs attentifs des coupes budgétaires estivales, de l’agenda de la succesrice de Fleur Pellerin en charge du Plan Calcul 2.0 à Bercy, et du plan de com’ de Fleur Pellerin qui a émigré chez Fabius, au Quai d’Orsay. Cf La Tribune 24/07/2014 : http://www.latribune.fr/technos-medias/20140724trib000841504/-il-faut-de-l-argent-pour-sauver-la-french-tech-.html

french-tech-elysee

François Hollande (le petit monsieur au milieu qui ne sait pas où mettre ses mains) a reçu à l’Elysée le 11 juin 2014 des investisseurs américains, des ministres français, et des représentants de la « French Tech » en exil (ou pas) – (Reuters)

Cela a t’il la moindre importance, à part pour les « Bygmalion » de gauche qui comptaient toiletter quelques logos et recycler des éléments de langage mis en sommeil avec la cryogénisation du projet de campagne d’agit-prop sur la « Marque France » et autres lubies technocratiques de Bercy 2 (Bercy 1, les finances, le budget et les banques, sont sous le pilotage du revenant Michel Sapin ; Bercy 2 a la responsabilité (sic) de ce qu’il reste de l’économie française) sous le haut patronage de sa majestitude Fool Monty ?

french-tech1

Probablement aucune, même pour les quelques centaines de prédateurs d’argent public qui comptaient sur un bonus en complément à leur crédit d’impôts, en accompagnement à leur financement BPI, et à leurs aides territoriales et européennes, entre autres drogues pour entrepreneurs assistés de l’économie mixte 2.0, pour boucler leur business-plan.

67298

Avant, sans remonter jusqu’au temps de la douceur des lampes à huile, des Eiffel et des Lesseps, ni même à celui du fracas du Concorde ou du TGV, des Lagardère (Jean-Luc, pas le jet-setter) et des Montagnier, la France était un pays qui prétendait, voire espérait encore compter un peu dans le monde du High-Tech et de l’économie digitale.

JACQUES CHIRAC

Mais c’était avant. Maintenant, ça a changé.

image_nmdzone12

Maintenant, l’enjeu n’est plus de jeter un logo national (et treize à la douzaine sous-logos territoriaux, fatalement) sur la table de l’économie casino mondiale, en espérant que le coq rouge, ou une déclinaison en zodiaque régional, séduira un ou deux amateurs de tourisme en Europe ayant les moyens de louer un bureau dans un incubateur et la patience de faire le tour des fonctionnaires et élus régionaux en charge de l’arrosage des bonsaïs …

French-Tech

« C’est mort », comme on dit à Bercy, maintenant que les stagiaires y parlent le « djeun » …

Axelle-Lemaire-rumeur-OS-francais-depannage-informatique-paris-domicile

 

Une des fautes originelles des parrains et jeunes turcs du « French Tech » de maintenant a été de vouloir à tout prix faire « nationaliser » les pertes du IledeFranceHub de San Francisco sous la pression de Madame Bricq (dont le conjoint était un ponte de la région IDF, ça crée de la pression morale …, dont le dircab était un apparatchik de la région IDF, ça crée du « levier » administratif …) sous les yeux de toute la presse économique et des dignitaires du Medef. Même Hollande en double décalage horaire ne pouvait pas ne pas se rendre compte que la moitié des PME « françaises » qu’il promenait en Airbus présidentiel Air François One en Amérique avaient une espérance de vie de moins d’un an avec ou sans maternage public de luxe, et qu’il était urgent de vérifier un peu l’état des vessies numériques qu’on lui vendait pour des lanternes magiques …

0212-FRENCH-TECH-HUB-HOLLANDE-FRANCE-SAN-FRANCISCO_full_600

Le corbillard est en route.

axelle-lemaire-en-voiture-avec-arnaud-montebourg_859970_667x333

On ne refera pas l’Histoire de France, le TGV du High-Tech numérique est déjà loin des vieilles gar(d)es de la déconomie à la française … avec ou sans retouches numériques, rabotages des quais et tunnels, ou (contre) réforme de la SNCF.

Renaud Favier – 25 juillet 2014

Competitivite Logo

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Attractivité, Commerce Extérieur, Compétitivité, Entreprise, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Il fau(drai)t (pouvoir ? vouloir ?) sauver le soldat French-Tech

  1. Franois Chevillard dit :

    J’aimerais écrire comme cela, mais je dois me contenter de penser – et d’agir- dans ce sens. Cordialement François Chevillard Envoyé de mon iPhone

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s