L’exportocosme se dispute encore le bout de gras fondu du soutien à l’internationalisation des PME

Business-Surfing-408x272

L’export, c’est comme la prose, mais tous les M. Jourdain ne se valent pas …

Les chambres de commerce (établissements publics vivant de taxes en France, avec l’avantage comparatif d’être historiquement présentes partout sur le territoire, les faiblesses inhérentes à de vieilles institutions à gouvernance de notables et missions désuètes, clubs d’affaires privés plus ou moins français et plus ou moins intégrés au petit cercle fermé des acteurs de la diplomatie économique française à l’étranger, et BusinessFrance (ex Ubifrance + AFII, récemment fusionnés) ont (encore) signé une convention de paix armée au sujet de l’accompagnement des PME et autres TPE (comment devenir une PME en France ? En commençant CAC40, et en se faisant financer par les banques et subventions d’état … comment devenir une TPE dans ce pays ? En commençant ETI et en se faisant aider par l’état et/ou les machins régionaux …) à l’international sous le haut patronage du secrétaire d’état au commerce extérieur de maintenant.

Comme à chaque fois que le secteur +/- public +/- subventionné d’appui à l’export annonce qu’il va un peu s’organiser genre « équipe de France de l’export » ou avatar selon la terminologie du moment, en principe dans l’intérêt général des entreprises pouvant avoir besoin de soutien pour aller chercher du business à l’international, les acteurs privés (et régionaux, entre autres réseaux genre CCE et autres acteurs dits « du commerce extérieur ») de ce qu’on peut considérer comme un business ou un service public selon son point de vue et ses intérêts particuliers, tend sa sébile en ronchonnant, ce qui devient de plus en plus vain maintenant que le tissu exportateur est plus mité que la serpillière du Père Noël est une ordure, et que la capacité à subventionner de l’état et ses démembrements territoriaux est autant en voie de disparition que ce qu’il reste du AA pour la France …

Pendant ce temps, les entreprises étrangères font du business, et gagnent des contrats et des parts de marché, avec ou sans soutien de leurs pouvoirs publics …

Compléments cf Le Moci http://www.lemoci.com/coup-de-gueule-des-osci-face-a-lalliance-business-francecci-internationalccifi/

Renaud Favier – 23 mars 2015

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Bercy, business, Commerce Extérieur, Compétitivité, Entreprise, France, Frenchonomics, Renaud Favier, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s