Avant, EADS voulait devenir Boeing. Maintenant, c’est devenu Airbus.

AIR_A400M_Cutaway_2006_lg

A400M (V 2006) – Source : DefenceIndustryDaily – Crédit : Airbus Military

C’est très compliqué, la stratégie d’entreprise, surtout quand on est un géant européen aux pieds d’argile parce que la gouvernance à plusieurs, publics et privés qui plus est, n’est jamais simple, et parce que le mécano industriel, surtout politisé, est coton et coûteux.

De fait, le consensus stratégique mou est généralement de copier ce que Boeing faisait 10 ou 20 ans auparavant. Pas très sexy, mais ça a permis à l’action Airbus de s’envoler autour de 60 euros alors que l’EADS d’avant vivotait entre 15 et 30 selon les marées boursières.

Avant, Boeing avait une épatante vache à lait dans les gros porteurs civils (d’autant plus profitable que Boeing avait racheté le fabricant du concurrent DC10), le 747. Alors EADS a décidé de lancer l’A380 (dont il reste à prouver qu’il s’en vendra plus que de Rafale).

Avant, Boeing profitait des abondants crédits militaires US pour financer sa R&D et doper sa compétitivité dans le civil. Alors Airbus a décidé d’essayer de faire pareil (mais après la fin de la guerre froide, du coup c’est plus hasardeux de tabler sur les budgets de défense).

Avant, Boeing a pris une bonne claque avec le Globemaster C17 … ça n’a pas découragé Airbus de lancer le A400M, en pariant sur le fait que les militaires « suivraient » pour les surcoûts, et que le « juste retour » industriel et l’implantation à Séville ne seraient pas ingérables.

Maintenant, rien n’est sûr pour l’exemplaire Airbus, notamment dans le business militaire (sauf que le Rafale vient de remporter coup sur coup trois duels contre l’Eurofighter à l’export, en Egypte, en Inde, et au Qatar).

« L’incertitude », selon Les Echos, après le crash de l’A400M http://www.lesechos.fr/industrie-services/air-defense/02159493139-a400m-le-plus-gros-programme-militaire-europeen-dans-lincertitude-1118112.php

Une « ombre sur Airbus Military » pour le Financial Times http://www.ft.com/intl/cms/s/0/5ef43364-f7f0-11e4-962b-00144feab7de.html#slide0

La presse sérieuse, forcément sérieuse, allemande rappelle discrètement mais fermement, non sans coup de pied de l’âne de la part du pays de l’ingénierie sérieuse et de la fiabilité sans égale, que les moteurs sont Rolls-Royce, que  le programme est mené en coopération avec des pays non germaniques, et que le montage est réalisé dans un pays ClubMed … http://www.spiegel.de/politik/ausland/a400m-spanien-stoppt-testfluege-von-militaertransporter-a-1033425.html

A suivre.

Renaud Favier – 12 mai 2015

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Bercy, business, Commerce Extérieur, Compétitivité, France, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s