Et (encore) trois CAC40 de chute en 2015 …

En 2015, la France a perdu 3 CAC40 au soir du 28 décembre, en espérant que rien d’autre n’arrivera au chapitre des Bérézina pendant les 3 derniers jours de l’année : ce qu’il restait d’Alstom (rappelons que la CGE, devenue Alcatel-Alsthom, rivalisait avec Siemens et autres géants mondiaux avant les 30 calamit(terrand)euses) passé, pour l’essentiel, à General Electric ; les restes d’Alcatel repris par Nokia après 9 exercices déficitaires sur les 10 dernières années dans un secteur pourtant ultra-porteur ; et Lafarge, qui a élégamment tiré sa révérence en épousant le Suisse Holcim.

Triste record annuel (à battre ? à abattre pour abréger les souffrances ?) pour le pays de l’économie mixte co-administrée par les fonctionnaires pas encore pantouflards dans les banques et des syndicalistes préférant arracher les chemises que les mouiller, des grands groupes allant plus ou moins volontairement chercher la croissance durable, un actionnariat moins soviétique, et une fiscalité raisonnable à l’étranger, et des investisseurs qui préfèrent la vieille pierre parisienne à la construction d’empires modernes, et dont la compétitivité est jour après jour démont(r)ée par l’absence structurelle, à croire que c’est voulu, de croissance des PME pas encore en faillite et/ou liquidées pour éviter la fiscalité sur les transmissions, la surmortalité infantile des StartUp coûteusement biberonnées (et/ou leur exil dés les subventions avalées, ce qui revient au même pour la prospérité et l’emploi en France), et le coulage plus ou moins accéléré des derniers gros fleurons genre Renault (en salle d’attente pour le Japon), Air France (qui sera soit rattrapée par les bretelles par BPIFrance, soit avalée par KLM en duo avec une des nouvelles compagnies de Dubai ou du Qatar), ou SNCM (no comment, d’autant que la boite est déjà morte depuis un moment, que son ex navire amiral le Napoleon Bonaparte a été vendu en catimini pour la ferraille après son tragi-comique naufrage à quai dans le port de Marseille, et qu’on n’a pas le droit de dire qu’il est contreproductif, voire pervers de verser des tombereau de pognon pompé aux tribuables productifs dans les tonneaux des danaïdes corses en particulier et ultramarins en général).

Un topo du Monde, Pravda aux mains d’amis du Pouvoir (les « BNP », Bergé, milliardaire rose de toujours ; Niel, surfeur internet proche du PS autant par intérêt que par idéologie post-68arde ; Pigasse, vieux faux jeune affairiste salarié de la banque Lazard sympathisant et financier du PS, également co-propriétaires en bande organisée de Télérama et de Libé, entre autres organes de presse communautariste parisienne subventionnée vendue par abonnement aux fonctionnaires, par facilité aux étudiants de ScPo et autres écoles de business, et par habitude ou complaisance en province) peu suspecte de surestimer l’ampleur du naufrage de l’économie en particulier et de la France de maintenant en général http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/12/25/l-annee-ou-trois-groupes-du-cac-40-ont-ete-vendus-a-des-etrangers_4838004_3234.html

Frenchonomics

RF – 28 décembre 2015

frenchonomics1

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Attractivité, Bercy, business, Compétitivité, Entreprise, ETI, France, Frenchonomics, Paris, Startup, Uncategorized, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s